mardi 22 août 2017

'Eva' ou la Trahison des Métaphores

POUR L'AMOUR DES ELFES °01 
{ Renouer sa révérence pour le non humain. }

La vie de la petite Eva est chamboulée lorsqu'elle subit un accident de voiture... et se réveille dans la peau d'un chimpanzé.

Chronique du roman jeunesse Eva de Peter Dickinson.


Je ne sais pas pourquoi l'oiseau chante en cage, mais je suis à peu près sûre que l'histoire ne parle pas d'oiseaux. Un jour, je lirai l'autobiographie de Maya Angelou, mais aujourd'hui j'ai envie de lire sur la condition animale dans sa forme littérale. Ils sont leur propre personne, après tout.

Être un oiseau rare. Avoir une faim de loup et une mémoire d'éléphant. Être doux comme un agneau, myope comme une taupe et rusé comme un renard. Le danger des métaphores est qu'ils finissent par camoufler la chose dont on se sert pour évoquer une autre. Combien de fois disons-nous ces expressions sans aucune arrière-pensée pour les bêtes qui les ont inspirées? Pour l'oiseau qui se casse la gueule sur nos vitrines, le loup abattu pour qu'on ait des hamburgers BLT, l'éléphant enchainé à une clôture, l'agneau dans un abattoir mal éclairé, la taupe broyée par la tondeuse, et le renard dénaturé par un enfant-roi?

Eva est une petite pensée pour les bêtes qui languissent dans les cirques, les zoos et les laboratoires. Dédicacé à Jane Goodall, primatologue de renommée et militante pour les droits nonhumains, ce sci-fi jeunesse est une critique de notre propension humaine de confondre aimer avec posséder.

Dans un proche avenir d'extinction de masse, de désertification et de colonisation de l'espace, la vie de la petite Eva est chamboulée lorsqu'elle subit un accident de voiture... et se réveille dans la peau d'un chimpanzé. Cobaye malgré elle d'une expérimentation scientifique controversée, tout le monde veut savoir à qui appartient-elle maintenant — est-ce le laboratoire de recherche, les chaines de télévision qui ont financé l'expérience, ou ses parents? Eva a-t-elle un mot à dire là-dedans?

Une lecture très accessible, sans fioritures, ni scènes gores. Une intrigue coup de poing qui lance le pari contre Saint-Exupéry que non, aucune bête sauvage n'a jamais dit s'il te plait... apprivoise-moi! 


Peter Dickinson. Eva. 1990 [1988]. Laurel Leaf Library, New York.
Gabriel Cornelius von Max. Singes critiques d'art. 1889. Nouvelle Pinacothèque, Munich.
Pour l'Amour des Elfes est une série bilingue d'articles. Rendez-vous au site anglais pour la suite.
Cet article a été publié à l'origine sur un domaine désormais échu et a été republié à des fins d'archivage.

Join the conversation!

brèves

© la répvbliqve des lettres.